L’ABLASQ désirait offrir un volet hygiène et salubrité aux participants de son colloque cette année, pour que ses membres restent toujours à l’affut des tendances d’un département qui a souvent des effets dans la buanderie et lingerie. Ce qui se passe en hygiène et salubrité, finit souvent à la buanderie. Notre Directrice de formation Nathalie Thibault, B.Sc., M.Sc., Mcb.A., était présente pour partager son expertise dans le domaine. L’hygiène et la salubrité au fil du temps Madame Thibault présente un bref survol de l’historique de l’hygiène et salubrité et les changements majeurs ayant été faits en hygiène et salubrité au fil du temps pour bien entendu arriver aux défis actuels et à venir. Elle a parlé comment, pendant la même période, les bactéries, elles aussi, ont évolué et sont devenues résistantes aux antibiotiques. Le germe en vedette est entre autres, Candida auris, un nouveau champignon résistant causant beaucoup de victimes aux États-Unis. Pour terminer, elle exprime comment la salubrité et la buanderie sont étroitement reliés. Les microbes finissent souvent à la buanderie! Contamination des rideaux, des microfibres et bandeaux, etc. Et un petit regard sur l’avenir :  comment la marche pour le climat du 27 septembre dernier peut avoir des répercussions jusque dans les...

La saison automnale bat son plein, et avec elle les tapis extérieurs et intérieurs reprennent leur place à vos portes! Le Conseil du bâtiment durable du Canada recommande l’utilisation de carpettes d’entrée (certains tapis d’entrée peuvent vous faire obtenir jusqu’à deux crédits LEED). Encore faut-il s’assurer de choisir des tapis qui respectent les standards de haute qualité et qui remplissent bien leur fonction. Les avantages que procure un tapis d’entrée sont fort nombreux. Outre le fait qu’il sert d’abord à protéger les planchers de vos édifices, il améliore la qualité de l’air en emprisonnant les particules fines et diminue les risques de chutes et d’accidents ; certaines surfaces comme le marbre ou le travertin deviennent en effet très glissantes une fois mouillées. PRÉVENIR LES CHUTES La Commission de la sécurité au travail et de l’indemnisation des travailleurs (CSTIT) rapporte que les trébuchements et les chutessont les principales causes d’accident en milieu de travail. Les risques sont plus élevés de l’automne au printemps, puisque la plupart des incidents se produisent en hiver. De fait, pendant la saison froide, la CSTIT reçoit en moyenne une demande d’indemnisation par jour. Il y a au moins un incident avec perte majeure de capacité par mois en raison...

Rien n’est plus efficace pour se protéger contre les maladies infectieuses, comme la grippe (influenza) et le rhume, que le nettoyage des mains. En plus de vous prémunir, cette mesure contribue à prévenir la transmission de maladies. Même si elles sont propres en apparence, les mains peuvent être porteuses de germes. Les micro-organismes (germes) aboutissent sur les mains de différentes manières. Quand une personne éternue ou tousse, les germes sont expulsés dans l’air sous forme de minuscules gouttelettes. En plus d’aider à prévenir la maladie, le fait de se laver les mains réduit le risque d’infecter d’autres personnes. Si vous ne vous lavez pas les mains convenablement avant d’entrer en contact avec d’autres, vous risquez de leur transmettre les germes présents sur vos mains. Le virus peut aussi se propager par les germes des mains. COMMENT LE LAVAGE DES MAINS RÉDUIT LES RISQUES POUR LA SANTÉ Le contact par les mains peut propager des troubles bénins comme le rhume, mais aussi des maladies plus graves, voire mortelles. Les très jeunes enfants, les personnes âgées, celles qui sont atteintes d’une maladie préexistante ou celles dont le système immunitaire est affaibli, notamment par le VIH ou le sida, sont particulièrement vulnérables aux maladies infectieuses. COMMENT SE LAVER ADÉQUATEMENT...

[vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern"][vc_column][vc_column_text css=".vc_custom_1570993395351{padding-top: 20px !important;}"] FORMATION TECHNIQUES D’ENTRETIEN SANITAIRES NIVEAU : PRINCIPES DE BASE (4H)   L’objectif principal est de présenter en général les objectifs et concepts généraux de l’entretien sanitaire et le résultat recherché: Un environnement propre.  Ceci est fait en regardant les différents facteurs qui affecte les résultats comme: Le matériel (outils et produits), l’organisation et les ressources humaines (techniques). Chaque section vise à acquérir des connaissances de base sur l’entretien sanitaire. Cette atelier de formation est utile pour mettre au même niveau les connaissances de votre personnel pour introduire des notions plus avancées au niveau technique   [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row css_animation="" row_type="row" use_row_as_full_screen_section="no" type="full_width" angled_section="no" text_align="left" background_image_as_pattern="without_pattern"][vc_column width="1/2"][vc_column_text] SUJETS TRAITÉS AU COURS Propre ou sale? Plusieurs facteurs en jeux Rôle et obligations du salubriste Transmission des micro-organisme et pratiques de bases (lavage des mains et ports de gants) Notions de base: Poussières, saletés, biofilms,. Cercle de Sinner Produits d’entretien: Nettoyants, dégraissant, crème à récurer, acide, nettoyant à vitres Les outils: Microfibres, balai trapèze, chariot, seau, etc. Techniques et principes de bases Niveaux d’entretien : Nettoyage, désinfection, l’assainissement [/vc_column_text][/vc_column][vc_column width="1/2"][vc_column_text] OBJECTIFS À ATTEINDRE Sensibiliser chacun des participants aux rôles et aux responsabilités d’un préposé affecté à la fonction d’entretien sanitaire dans un bâtiment selon les règles de l’art. Conscientiser les gestionnaires sur les...

Les gestionnaires d’entreprise cherchent constamment de nouvelles façons de diminuer les coûts d’exploitation pour augmenter la rentabilité. Puisque les dépenses liées à l’entretien ménager accaparent une part importante du budget annuel, ils réduisent souvent la fréquence des travaux, le temps alloué pour leur exécution ou la qualité des produits utilisés, et ce, au détriment de l’hygiène du bâtiment. Or, en revoyant simplement leurs façons de faire et en impliquant les employés au quotidien, les gestionnaires peuvent arriver à produire de grands changements : économiser temps et argent sans nuire à la salubrité des lieux, le tout en réduisant l’empreinte écologique de l’entreprise. L’implantation d’un centre de tri en est un excellent exemple. Éliminer les corbeilles dans les postes de travail peut paraître étonnant, voire impensable à première vue. En réalité, cette initiative demande très peu d’efforts et n’offre que des avantages. Crédit : Baloncici RÉDUIRE SON EMPREINTE ÉCOLOGIQUE L’avantage le plus évident des centres de tri en entreprise concerne l’impact environnemental. Chaque année, deux milliards de sacs de corbeilles en plastique s’ajoutent dans les sites d’enfouissement. Ils vont se déchirer, mais ils ne se détruiront presque jamais. L’élimination de ces sacs à ordures constitue un avantage non...

Dans la plupart des institutions, le travail inhérent au suivi en prévention et en sécurité est souvent repoussé en raison; d’un manque de temps, d’une gestion quotidienne accaparante ainsi que l’absence d’une ressource interne qu’y est dédiée. Gestion HB vient en appui aux gestionnaires d’établissements qui désirent s’assurer que la prévention et de la sécurité soient au cœur de leur préoccupation permettant à leur population desservie de vivre dans un endroit sécuritaire et respectueux des différentes lois et normes qui les régissent. Nos services dans ce domaine comprennent : La conception de document d’appel d’offresLe développement et/ou la mise à jour de la composition des équipes d’urgenceLa formation les équipes d’urgenceLa préparation et la supervision des exercices pratiques du plan de mesures d’urgence en lien avec la formationLa révision et la bonification des documents en sécuritéLe développement et la rédaction des mesures d’urgence appropriées ou la révision de votre PMULa prise en charge de tous les équipements de sécurité (gicleurs, extincteurs, panneau incendie etc.) pour qu’ils soient inspectés et conformesLa prise en charge du dossier simdutLes formations simdutL’accès à une ressource externe en gestion de la prévention et de la sécurité à court ou long termeLe développement d’un projet de mutualisation des services en...

Les couts d’entretien ménager figurent parmi les plus grandes dépenses reliées à la maintenance des immeubles. Pas étonnant que les gestionnaires cherchent à réduire la facture par tous les moyens. Toutefois, une réduction de couts ne devrait jamais être faite au détriment de l’hygiène du bâtiment, de la santé des occupants et de l’environnement. Avec une bonne gestion de l’entretien ménager, il est tout à fait possible d’économiser tout en maintenant et même en augmentant la qualité de vos résultats. Voici les mauvais et les bons exemples à suivre pour réduire les couts de l’entretien de vos bâtiments. 3 mauvaises façons de couper dans les couts d’entretien ménager 1. Tourner les coins ronds Réduire la fréquence des entretiens, sauter une étape de nettoyage, remettre à plus tard une tâche… Bien qu’il soit facile de tourner les coins ronds pour économiser, il vaut toujours mieux suivre le plan établi. Certains éléments comme les grilles de ventilation, les contremarches et les tapis doivent être nettoyés à une fréquence prédéterminée, sans quoi la qualité de l’air, la santé et la sécurité des occupants de l’immeuble peuvent être affectées. Tôt ou tard, vous devrez reprendre les tâches négligées. Un nettoyage bâclé finira par engendrer des...

Les travailleurs en entretien ménager accomplissent généralement leurs tâches dans l’ombre. Pourtant, c’est grâce à eux si nos bureaux, hôpitaux, écoles et aéroports sont propres et salubres. On sous-estime souvent l’importance de ce métier, tout comme les risques qu’il comporte. Selon le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, ces employés souffrent en moyenne de 50 000 blessures par année. Heureusement, des solutions existent pour réduire les risques et améliorer leur environnement de travail. Éliminer l’exposition aux irritants Par la nature des tâches, le personnel affecté à l’entretien se retrouve souvent exposé à des vapeurs, des irritants chimiques et d’autres contaminants. Pour limiter le contact chimique direct, on propose des systèmes de dilution en circuit fermé. En plus d’une précision supérieure, ces systèmes assurent une protection des utilisateurs et des occupants du bâtiment. Il existe également des « tampons diamant », une nouvelle technologie de nettoyage haute performance. Des milliards de diamants microscopiques permettent aux travailleurs de nettoyer et de polir en une seule étape et sans produits chimiques indésirables. Le niveau élevé de bruit est un autre irritant pour les employés. Pour réduire l’exposition à de hauts décibels, l’utilisation d’un aspirateur silencieux est une option à considérer. De plus, cette solution permet un nettoyage à tout moment de...

Le manque de main-d’œuvre cause plusieurs difficultés aux entrepreneurs québécois, et ce, dans toutes les industries de première ligne, telles que le transport, l’hébergement, la restauration, la construction et le commerce de détail. En effet, depuis 2004, le taux de postes vacants a doublé au Québec, passant de 2 % à 3,9 %. La province se trouve donc au premier rang des plus touchées par la pénurie au Canada. En entretien ménager et en hygiène du bâtiment, le problème est criant. Des centaines de postes sont à combler pour assurer la salubrité des hôpitaux, des résidences, des centres commerciaux, des restaurants, des piscines municipales, etc. Pourtant, ce domaine offre des conditions extrêmement avantageuses, en plus de nécessiter très peu de formation ; des avantages indéniables qu’il faut s’empresser de mettre de l’avant afin de valoriser la profession et d’attirer davantage de travailleurs. Des normes équitables et bien régies Les normes de l’industrie de l’entretien ménager sont régies par le Comité paritaire de l’entretien d’édifices publics. Ce dernier est dirigé par un conseil d’administration formé en parts égales de représentants patronaux et syndicaux provenant du domaine. Il a comme mission d’assurer que le décret est bien respecté, offrant ainsi une protection exemplaire des droits des travailleuses et des travailleurs. Le...

Un sondage a été effectué récemment auprès de plus de 5 000 employés de bureau britanniques au sujet de leurs habitudes d’hygiène au travail. L’étude, parue dans le European Cleaning Journal, démontre que la majorité d’entre eux ont une routine hygiénique laissant à désirer et plusieurs ne se sentent pas concernés par l’entretien ménager de leurs lieux de travail. Voici quelques statistiques qui feront réfléchir autant les employés que les gestionnaires d’immeubles. À qui revient la responsabilité de l’hygiène au travail ? 6 % des travailleurs sondés sont d’avis que la propreté de l’environnement de travail revient entièrement aux employés d’entretien ménager. Plus de la moitié des gens admettent qu’ils nettoieront seulement si la saleté les incommode, et 38 % ne le feront que s’ils en sont obligés. Le lavage des mains après avoir utilisé les toilettes. Les résultats ont également révélé que seulement 61 % des employés se lavent correctement les mains après avoir utilisé les toilettes, alors que 7 % admettent ne jamais les nettoyer, une statistique qui augmente à 11 % chez les 18 à 24 ans. Les femmes seraient un peu plus enclines à bien se laver les mains avant de quitter les toilettes : 66 % d’entre elles le font, comparativement à 53 % chez la gent masculine. La salubrité du...