Les travailleurs en entretien ménager accomplissent généralement leurs tâches dans l’ombre. Pourtant, c’est grâce à eux si nos bureaux, hôpitaux, écoles et aéroports sont propres et salubres. On sous-estime souvent l’importance de ce métier, tout comme les risques qu’il comporte. Selon le Bureau of Labor Statistics des États-Unis, ces employés souffrent en moyenne de 50 000 blessures par année. Heureusement, des solutions existent pour réduire les risques et améliorer leur environnement de travail. Éliminer l’exposition aux irritants Par la nature des tâches, le personnel affecté à l’entretien se retrouve souvent exposé à des vapeurs, des irritants chimiques et d’autres contaminants. Pour limiter le contact chimique direct, on propose des systèmes de dilution en circuit fermé. En plus d’une précision supérieure, ces systèmes assurent une protection des utilisateurs et des occupants du bâtiment. Il existe également des « tampons diamant », une nouvelle technologie de nettoyage haute performance. Des milliards de diamants microscopiques permettent aux travailleurs de nettoyer et de polir en une seule étape et sans produits chimiques indésirables. Le niveau élevé de bruit est un autre irritant pour les employés. Pour réduire l’exposition à de hauts décibels, l’utilisation d’un aspirateur silencieux est une option à considérer. De plus, cette solution permet un nettoyage à tout moment de...

Un sondage a été effectué récemment auprès de plus de 5 000 employés de bureau britanniques au sujet de leurs habitudes d’hygiène au travail. L’étude, parue dans le European Cleaning Journal, démontre que la majorité d’entre eux ont une routine hygiénique laissant à désirer et plusieurs ne se sentent pas concernés par l’entretien ménager de leurs lieux de travail. Voici quelques statistiques qui feront réfléchir autant les employés que les gestionnaires d’immeubles. À qui revient la responsabilité de l’hygiène au travail ? 6 % des travailleurs sondés sont d’avis que la propreté de l’environnement de travail revient entièrement aux employés d’entretien ménager. Plus de la moitié des gens admettent qu’ils nettoieront seulement si la saleté les incommode, et 38 % ne le feront que s’ils en sont obligés. Le lavage des mains après avoir utilisé les toilettes. Les résultats ont également révélé que seulement 61 % des employés se lavent correctement les mains après avoir utilisé les toilettes, alors que 7 % admettent ne jamais les nettoyer, une statistique qui augmente à 11 % chez les 18 à 24 ans. Les femmes seraient un peu plus enclines à bien se laver les mains avant de quitter les toilettes : 66 % d’entre elles le font, comparativement à 53 % chez la gent masculine. La salubrité du...

Si l’automne est synonyme de la moisson et des paysages tout en couleurs, pour le secteur de l’hygiène en bâtiment, l’équinoxe reste propice aux opérations de grand nettoyage en vue des préparatifs pour la rude saison hivernale. Quoique les nouvelles technologies, telles les nano pellicules, les revêtements autonettoyants ainsi que les peintures auto-stérilisantes, visent à rendre nos tâches saisonnières obsolètes, il existe d’autres innovations, sans doutes moins flamboyantes, aptes à nous simplifier la besogne dans l’immédiat et qui méritent notre attention. La recherche et développement en matière de microfibre,   propose aujourd’hui une troisième génération de ce textile  révolutionnaire aux propriétés écologiques étonnantes. Parmi les nouveautés, l’entreprise Néerlandaise Greenspeed, inaugure son « système de frange à plat Click’M C»; un mécanisme magnétique simple et hygiénique, il suffit de faire glisser le cadre dans la poche de la vadrouille et de pousser le manche vers le bas. La fermeture magnétique fixe immédiatement le tout. Une fois le nettoyage terminé, il ne reste qu’à appuyer sur le bouton vert à l’aide du pied, pour décliqueter le cadre et faire glisser la serpillière usagée dans le bac à linge, sans jamais devoir la toucher.  Selon la firme, ces balais à trapèze novateurs doivent leur qualité supérieure...

Nous avons vu dans notre dernier article que les surfaces adhésives autonettoyantes utilisant la nano technologie sont maintenant chose acquise. En 2001, le verre d’auto-nettoyage fut introduit par la firme Pilkington Glass qui développa les premières fenêtres autonettoyantes, dans les mois suivants, plusieurs autres grandes entreprises de verre ont emboîté le pas avec des produits similaires. En conséquence, depuis le début du millénaire, le vitrage est peut-être la plus grande application commerciale de revêtements autonettoyants à ce jour. Les fenêtres des immeubles commerciaux sont recouvertes d’une mince couche transparente de dioxyde de titane , ce revêtement sert à nettoyer la fenêtre en deux étapes, en utilisant deux propriétés distinctes: la photocatalyse et l’hydrophilie. À la lumière du soleil, la photocatalyse provoque l'endommagement chimique de la couche de matière organique adsorbée sur la fenêtre. Lorsque le verre est mouillé par de la pluie ou d'autres eaux, l'hydrophilie réduit les angles de contact à des valeurs très faibles, ce qui fait que l'eau forme une couche mince plutôt que des gouttelettes, et cette couche lave la saleté. Cela représente certes une technologie révolutionnaire qui changea à tout jamais l’approche du lavage de vitres dans l’industrie du nettoyage. Inspirés par ce revêtement pour vitres,...

Des sacs poubelles aux gants en passant par les multiples variantes de bouteilles et de contenants de plastiques de tout acabit, l’industrie du nettoyage est sans contre dit, un grand consommateur de produits plastiques, et pour beaucoup cela soulève la question du développement durable. James Lee, directeur général de Cromwell polythène, propose une analyse attentive des faits avant de dénigrer complètement le plastique au point de vouloir mettre ce dernier au rancard. Certes les matières plastiques ainsi que les emballages sont omniprésents dans presque tous les secteurs d’activités et plus leur utilisation augmente, plus les préoccupations environnementales liées à leur production, leur distribution et à leur élimination ont tendance à suivent la même courbe ascendante. Cependant, selon M. James Lee, la véritable question ne concerne pas uniquement le plastique en soi, mais également son taux de recyclage, le comportement de l’utilisateur et finalement la conception des produits. De plus, les contenants plastiques offrent de nombreux avantages car ils sont légers et totalement étanches. Un rapport d’étude de la firme d’analyse sur l’impact environnemental Trucost a révélé que le coût global de remplacement des matières plastiques en matériaux alternatifs tels le verre, l’aluminium, le papier et l’étain serait d’environ quatre fois supérieur...

L’asthme est une affection respiratoire résultant d’une sensibilité accrue des bronches qui touche des personnes de tous âges. Cette maladie est extrêmement pénible pour ceux qui en souffrent. Les irritants les plus connus tels la poussière, les acariens, le pollen ainsi que la fumée de cigarettes peuvent aggraver cette condition voire même déclencher une crise. Les produits ménagers que l’on se procure dans les supermarchés sont des cauchemars en bouteille pour les asthmatiques. Ceux-ci tiennent leur pourvoir nettoyant efficace et rapide par la combinaison de plusieurs composantes chimiques qui s’évaporent dans l’air ambiant lorsqu’on les utilise et sont ensuite respirés par les êtres humains à proximité. Les particules en suspension ne présentent que peu de risque pour les gens en bonne santé, pour les asthmatiques en revanche, c’est une tout autre affaire. Principalement durant les mois d’hiver, car les fenêtres de nos maisons étant fermées, les molécules chimiques restent beaucoup plus longtemps dans l’atmosphère. Le meilleur moyen de remédier à ce problème est de n’utiliser que des produits de nettoyage naturels qui sont sans risque et tout aussi efficaces que leurs contre parties commerciaux. Le vinaigre blanc pour le nettoyage des fenêtres et du verre permet d’obtenir une propreté immaculée et d’éliminer...

Le triclosan, ce biocide mis en marché au début des années 1970 et dont les tonnages utilisés ont fortement augmenté entre 1990 et 2010, fait l’objet d’une interdiction de la FDA depuis le 2 septembre 2016.  Une étude menée par la FDA en 2010 révèle que le triclosan, utilisé dans 93% des éléments nettoyants et présent dans plus de 2000 produits testés, comporterait des effets perturbants sur le système endocrinien en plus d’inhiber la biodégradation dans l’eau. Cet antibactérien résisterait également à certains microbes, dont la Salmonelle. Selon l’agence américaine, les entreprises qui fabriquent les savons auront un an pour retirer cet ingrédient incriminé de leurs stocks. Suite à ces récentes préoccupations au sujet des substances nocives, dont le triclosan, des chercheurs de l’Université du Minnesota ont inventé une nouvelle molécule de savon conçue avec des sources renouvelables. Ils affirment que cette dernière pourrait servir à produire des savons à partir d’éléments naturels tels que le soja, la noix de coco et le maïs. En plus de remédier aux particules chimiques entrant dans les systèmes d’eau, la nouvelle génération de savon serait plus efficace que ses contre-partis traditionnels à base de pétrole. La nouvelle formule combine des ingrédients biodégradables pour former...

Les toilettes sont certes le haut lieu où les microbes sont susceptibles de se développer. Une recherche publiée en 2016 dans la revue médicale de microbiologie clinique et des maladies infectieuses en Europe a révélé que des bactéries résistantes aux antibiotiques pourraient facilement se fixer aux poignées des portes internes des cabinets d’aisances. L’Étude menée par les chercheurs de l’hôpital universitaire de Munster et de l’institut Robert Koch, tous deux en Allemagne, a ciblé principalement les toilettes des grands aéroports pivots à travers le monde, ayant un taux de fréquentation particulièrement élevé.  Cette dernière a détecté une variété de bactéries communes à la contamination fécale transmissibles par le toucher de la poignée de porte. La plus commune fut le Staphylococcus aureus qui peut causer une foultitude d’infections allant du simple mal de gorge à la méningite, suivie du Stenotrophomonas maltophilia qui est une bactérie naturellement résistante à un certain nombre d’antibiotiques. Le S.aureus résistant à la méthicilline (SARM) fut détecté dans un des aéroports de Paris et correspondait  à un clone du SARM trouvé en Inde. Ce qui laisse à penser que la résistance aux antimicrobiens dépasse désormais les frontières nationales et constitue un défi à l’échelle mondiale, ceci touche toute la...

D’un point de vue commercial, la dernière année ne fut pas de tout repos! La volatilité économique et politique ainsi que la campagne électorale américaine ont plongé les marchés dans l’incertitude. Malgré ces conditions sous-jacentes difficiles, le secteur du nettoyage a enregistré une modeste croissance en 2016, bien que les résultats semblent avoir été plus probants en Europe, selon Markus Asch vice-président du conseil d’administration des solutions de nettoyage du fabricant Kärcher et président de EUnited Nettoyage. Les thèmes dominants de 2016 furent certes, la numérisation de notre secteur avec l’augmentation du nettoyage connecté et l’utilisation grandissante du potentiel de l’internet visant à améliorer l’efficacité opérationnelle. Le loC, cette nouvelle plate-forme qui relie les machines, les distributeurs, et autres dispositifs sans fil continuera à modifier la façon de nettoyer dans les mois à venir. Lors du COP22, soit, la 22e conférence des Parties sur les changements climatiques, tenue en novembre dernier à Marrakech au Maroc dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, notre industrie fut mise en cause relativement au développement durable. Lors de cette dernière, les facteurs soulevés concernent principalement la mauvaise gestion de l’eau ainsi que les pénuries d’eau. Quoique le Québec soit moins...

Avec l’automne revient les fameux tapis d’entrée dans les édifices. Qu’on les aime ou non, ils sont pratiques et permettent de minimiser l’accumulation de saleté dans vos édifices tout en les sécurisant, même si parfois, ils enlèvent un peu de ce côté esthétique! Sel, sable, roches, neige, l’hiver accapare beaucoup de temps aux équipes d’entretien, mais saviez-vous qu’en en utilisant simplement la bonne combinaison de tapis d’entrée vous pourriez sauver jusqu’à 80% de saleté dans vos entrées et lieux communs et engendrer des économies? Voici quelques conseils afin d’offrir à votre établissement et à ses occupants un accueil chaleureux et un immeuble propre tout l’hiver! Les différentes sortes de tapis d’entrée Tout d’abord, il faut savoir qu’il y a plusieurs sortent de tapis et que tous proposent des avantages bien particuliers et adaptés selon les besoins de vos immeubles. Le premier, le tapis gratte-pieds propose une surface de grattage très agressive qui retient la majorité des gros débris qui se logent souvent sous les souliers tels que les roches et le sable. Ce tapis n’absorbe pas l’humidité, ce qui en facilite grandement l’entretien. Le tapis essuie-pieds/gratte pieds est un complément au premier, il est composé d’une surface irrégulière et permet d’emprisonner les saletés, il retient...